Menu Fermer

Outriders: Worldslayer – critique. Beaucoup de tournage, de petites histoires ! PS5 – avis

[ad_1]

Worldslayer est la première extension d’histoire pour le tireur à succès People Can Fly, Outriders. Le stand, même s’il n’était pas parfait, était si engageant et jouable qu’il pouvait facilement garder tous les fans de tireurs à la troisième personne, en particulier ceux qui aiment les tireurs de looter. Worldslayer pourra-t-il également le faire?

Quant aux hypothèses du DLC, elles sont assez simples. Il y a une toute nouvelle histoire, un nouvel antagoniste (né de l’anomalie d’Ereshkigal), de nouveaux domaines à explorer et de nombreuses missions. Malheureusement, le scénario n’est pas particulièrement palpitant, et il suffit pour environ 6 heures de plaisir. Pendant ce temps, nous courons, tournons et regardons des cinématiques qui occupent l’écran à des intervalles spécifiques. L’histoire est assez classique, mais pas très palpitante en même temps. Je ne voudrais pas entrer dans les détails bien sûr, mais ne vous attendez à rien de spécial.

Les mécanismes de jeu sont restés en grande partie inchangés. Nous courons, tirons et utilisons les compétences spéciales du héros sélectionné. L’aspect le plus frustrant ici reste la spongiosité des adversaires. Pour vaincre quelqu’un, il faut lui enfoncer un certain nombre de balles, et lorsque nous remplissons cette exigence, la personne tombe dans l’oubli. Le plaisir des combats est toujours appréciable, bien sûr, car le gameplay en lui-même était vraiment bien fait, mais je regrette que rien n’ait été changé dans le cas des boss. Ils sont juste fatigants. Les escarmouches sont très schématiques et se limitent à courir autour du monstre et à tirer. A la fin du stand ça devenait biaisé et c’est dommage que People Can Fly ne l’ait pas remarqué, car c’est encore pire dans le DLC. J’ai atteint la finale par devoir de révision, mais si je n’avais pas eu à le faire, je ne sais pas si j’aurais atteint la fin.

Hormis le scénario peu captivant et ennuyeux comme les tripes pétrolières des boss, Worldslayer est une assez belle extension. Principalement, le jeu de tir est toujours passionnant, dynamique et efficace. Les créateurs, bien sûr, nous ont donné du matériel supplémentaire. Il s’agit de nouveaux types d’armes et d’armures. Les plus importants d’entre eux sont les objets apocalyptiques qui ont un emplacement supplémentaire pour les modifier. Ceci, bien sûr, nous donne de toutes nouvelles possibilités pour créer de l’équipement et guider le héros. Si vous aimez expérimenter avec les builds, je le recommande vivement, car il y a beaucoup plus d’options qu’auparavant.

Le développement des personnages est également élargi par deux nouveaux systèmes. L’un est lié aux points d’ascension et l’autre est lié aux points de pax. La première nouveauté est quelque chose comme des avantages qui nous donnent un bonus à certaines statistiques. Le système est un peu comme Paragon de Diablo III. Nous avons donc une poignée de statistiques que nous pouvons développer au fur et à mesure que nous progressons, augmentant les statistiques à long terme. Les points Pax sont un arbre de compétences supplémentaire, grâce auquel nous pouvons redéfinir notre rôle dans le jeu et dans l’équipe dont nous faisons partie (à condition que nous ne jouions pas en solo, bien sûr). La combinaison des deux nouvelles fonctionnalités permet de créer un personnage vraiment puissant – si vous savez ce que vous faites !

Le dernier ajout à Worldslayer est un tout nouveau mode de fin de partie – Tarya Gratar’s Trial, qui s’inspire du genre roguelite. Nous avons affaire à une sorte de donjon (malheureusement sa carte n’est pas générée aléatoirement), sur laquelle tournent divers monstres, et notre tâche est d’atteindre la finale. Au total, trois étapes de cette épreuve nous attendent, chacune plus difficile que la précédente. Le moteur du plaisir (pas facile, il faut le souligner) est bien sûr le butin. Les développeurs, conscients de cet état de fait, nous informent astucieusement même sur ce que l’on peut trouver à un endroit donné. Il suffit de regarder la carte pour découvrir qu’une pièce donnée nous donnera une armure, et une autre nous donnera un nouveau couvre-chef. Nous broyons consciemment et cela nous rend heureux.

Pour résumer, Worldslayer est un ajout assez réussi, mais malheureusement pas en termes de scénarios. Il est possible que les développeurs aient voulu étendre l’histoire de la base, mais ils n’ont pas entièrement réussi. Ils ont certainement réussi à développer de nouvelles opportunités de développement de personnages, et le gameplay est à la hauteur des Outriders originaux. Si vous voulez tirer, vous pouvez acheter. Si vous comptiez sur des rebondissements surprenants, laissez tomber. Le scénario est trivial, comme de l’eau glacée.



[ad_2]

Posted in Commentaires

Postes connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.